Le fonds d’aide immédiate est une étape intermédiaire: l’initiative sur la réparation va beaucoup plus loin

Retour à News

Le 14 avril 2014, le fonds d’aide immédiate a été officiellement créé par un accord entre le délégué aux victimes de mesures de coercition à des fins d’assistance et la Chaîne du bonheur. Le Comité de l’initiative sur la réparation prend acte avec satisfaction de cette étape. Le fonds d’aide immédiate, vraisemblablement doté de 7 à 8 millions de francs, s’avère cependant modeste et ne doit bénéficier qu’aux victimes de mesures de coercition à des fins d’assistance se trouvant actuellement en situation de détresse financière

L’initiative sur la réparation va beaucoup plus loin et s’intéresse à toutes les victimes de mesures de coercition à des fins d’assistance, soit 20'000 personnes environ. L’initiative veut une réparation complète de l’injustice qu’ont notamment subie, en raison des mesures de coercition à des fins d’assistance, les enfants placés dans des foyers ou auprès de tiers, les personnes internées par décision administrative, stérilisées ou adoptées de force et les gens du voyage. Pour ce faire, un fonds doté de plus de 500 millions de francs doit être créé, qui permettra d’accorder une réparation financière à chacune des quelque 20’000 victimes gravement lésées. De plus, une étude scientifique de ce chapitre sombre de l’histoire suisse sera faite. Pour les initiateurs, une chose est claire: sans l’initiative sur la réparation, il n’y aura pas de juste solution pour les victimes. Les 100'000 signatures doivent donc être rassemblées le plus rapidement possible. Le soutien de la population est fort. Depuis le lancement de l’initiative il y a quelques jours, des milliers de signatures ont déjà été collectées.